#CHANSON : NATUR’ELLE – ELECTRO POETRY

Il était une femme…

Paroles de la chanson

 

La femme accorde son cycle comme les saisons

En quatre semaines, son être solaire et lunaire fait fusion

Printemps, été en mode solaire,

Automne, hiver en mode lunaire,

Son cycle l’invite à pouvoir être mère

Créer ou donner vie sur Terre.

Après l’hiver, le lit de la rivière rouge se tarit

La femme se sent comme une enfant qui rit.

Retrouvant l’élan de la jeune fille, elle rayonne

Déterminée, ambitieuse, puissante, elle donne

Amour, plaisir et joie comme un cadeau naturel

Femme croqueuse de vie, au printemps elle est belle.

Il était une femme loin du déni des religions

Acceptant son corps tel un temple sans restriction

Non Eve n’est pas l’impure des grandes religions

Mais le réceptacle d’une sagesse sans prétention !

 

A l’image de la lune, la femme traverse quatre temps

En été, son corps comme un univers ouvre un instant

Le fruit de son ovaire qui se glisse vers un nid

Prêt à accueillir les semences pour une nouvelle vie.

L’amour, l’envie d’harmonie et l’aide à son prochain

Voilà ce qui l’entraine à suivre toujours son destin.

La phase solaire commence à décliner doucement

Laissant les mystères de la nature se découvrir lentement…

A la lueur de la lune, la femme détient la magie d’un pouvoir

Sa séduction teintée d’une créativité pleine d’espoir

La rendent tigresse, magicienne et onirique

Comme l’automne, elle perd de sa lumière, elle devient unique.

 

Il était une femme loin du déni des religions

Acceptant son corps tel un temple sans restriction

Non Eve n’est pas l’impure des grandes religions

Mais le réceptacle d’une sagesse sans prétention !

 

 

Quatrième semaine, dernière saison, l’hiver s’impose

Comme une fée ou une sorcière, elle atteint l’apothéose

Lumières et ténèbres se superposent de façon anarchique

Les banalités sont écartées pour une vision onirique

C’est alors que se produit le miracle de la vie par l’œuf fécondé

L’hiver s’achève par une renaissance vers la maternité.

La beauté d’une femme vient-elle du mystère de son rythme ?

Quatre semaines pour quatre saisons, 28 jours pour un hymne…

En hiver, l’œuf non fécondé s’exile par la rivière rouge

Transporté vers la Terre, un nouvel univers en elle bouge

Le printemps alors renaît et le cycle de sa vie reprend

Jeune fille, elle crée un nouveau nid dès cet instant.

  

Il était une femme loin du déni des religions

Acceptant son corps tel un temple sans restriction

Non Eve n’est pas l’impure des grandes religions

Mais le réceptacle d’une sagesse sans prétention !            

 

Il était une Femme…

Copyright – Tous droits réservés.

 

 

Auteure

Autres articles à découvrir

#Vidéo Seule sur Terre -Blueturn Vidéo

#Vidéo Seule sur Terre -Blueturn Vidéo

Seule sur Terre  Je me suis retrouvée dans l’espace cette nuit Dans mon rêve, je me suis envolée sans bruit J’ai voyagé à la vitesse de la lumière D’un coup, j’avais une vision de la Terre Une cellule vivante de l’organisme Univers Un atome à l’échelle de ce monde...

lire plus

#Poésie : Langage des oiseaux

Langage des oiseaux Ô Poésie, j'entends tes motsDes maux pour aller encore plus hautDes sons aux couleurs des oiseauxChantant notre âme, ce beau vaisseau...Ô évangile selon Saint JeanAu commencement était le VerbeEt le Verbe était en DieuEt le Verbe était Dieu...Ai-je...

lire plus

#POESIE – Ma terre, ma mère

#Poésie : Ma Terre Ma Mère Ma terre Ma mère Tu nourris mon corps  Notre terre Notre Mère Tu supportes nos torts Mais combien de temps encore ?  Tu nous lances des signaux  Mais combien les entendent ? Je t’aime ma Terre  Je t’aime tellement  Tu es généreuse ...

lire plus

#Poésie : Dix ans d’amour

#Poésie : Dix ans d'amour. De Toi et Moi. Dix ans d’amour  Dix ans de nous  Dix ans de Toi et Moi Dix ans de création Dix ans, c’est beaucoup  Et j’ai l’impression D’un nouveau départ Des racines bien construites Nous bâtissons nos murs Notre arbre de vie Des...

lire plus

#POESIE – Amazonie

#Poésie : Amazonie Ô intelligence divine Je te prie et t’implore De protéger le vivant Le poumon du monde Embrasé par les flammes J’entends les arbres Les indiens femmes et hommes Les animaux et les fleurs Brûler et disparaître Comment est-ce possible De haïr autant...

lire plus

Pin It on Pinterest

Share This