Pour une société et un nouvel humanisme en devenir, il est capital de comprendre que tout commence par l’éducation dans nos foyers. Les parents et leurs enfants. La violence commence à l’intérieur… Ce texte d’Alice Miller me parait essentiel à l’heure où les conflits et la violence s’expriment dans nos rues, où les rapports de force entre classes sociales battent leur plein, où le chaos sèment sa discorde…

EstElle Penain

 

“Depuis quelques années, il est scientifiquement prouvé que les effets dévastateurs des traumatismes infligés à l’enfant se répercutent inévitablement sur la société. Cette vérité concerne chaque individu pris isolément et devrait – si elle était suffisamment connue – conduire à modifier fondamentalement notre société, et surtout à nous libérer de l’escalade aveugle de la violence. Les points suivants voudraient préciser cette thèse : 

1. Tout enfant vient au monde pour s’épanouir, se développer, aimer, exprimer ses besoins et ses sentiments. 

2. Pour s’épanouir, l’enfant a besoin du respect et de la protection des adultes, qui le prennent au sérieux, l’aiment et l’aident à s’orienter. 

3. Lorsque l’enfant est exploité pour satisfaire les besoins de l’adulte, lorsqu’il est battu, puni, manipulé, négligé, qu’on abuse de lui et qu’on le trompe, sans que jamais un témoin n’intervienne, son intégrité subit une blessure inguérissable. 

4. La réaction normale à sa blessure serait la colère et la douleur. Mais, dans la solitude, l’expérience de la douleur lui serait insupportable, et la colère lui est interdite. Il n’a d’autre solution que de réprimer ses sentiments, de refouler le souvenir du traumatisme et d’idéaliser ses agresseurs. Plus tard, il ne sait plus ce qu’on lui a fait. 

5. Ces sentiments de colère, d’impuissance, de désespoir, de nostalgie, d’angoisse et de douleur, coupés de leur véritable origine, trouvent malgré tout à s’exprimer au travers d’actes destructeurs, dirigés contre les autres (criminalité, génocide) ou contre soi-même (toxicomanie, alcoolisme, prostitution, troubles psychiques, suicide).

6. Devenu parent, on prend souvent pour victime ses propres enfants, qui ont une fonction de bouc émissaire : persécution pleinement légitimée par notre société, où elle jouit même d’un certain prestige dès lors qu’elle se pare du titre d’éducation. Le drame, c’est que le père ou la mère maltraite son enfant pour ne pas ressentir ce que lui ont fait ses propres parents. Les racines de la future violence sont alors en place. 

7. Pour qu’un enfant maltraité ne devienne ni criminel ni malade mental, il faut qu’il rencontre au moins une fois dans sa vie quelqu’un qui sache pertinemment que ce n’est pas lui, mais son entourage qui est malade. C’est dans cette mesure que la lucidité ou l’absence de lucidité de la société peut aider à sauver la vie ou contribuer à la détruire Ce sera la responsabilité du personnel d’assistance sociale, des thérapeutes, des enseignants, des psychiatres, des médecins, des fonctionnaires, des infirmières. 

8. Jusqu’à présent, la société a soutenu les adultes et accusé les victimes. Elle a été confortée dans son aveuglement par des théories qui, parfaitement conformes aux théories de l’éducation, de nos arrière-grands-parents, voient en l’enfant un être sournois, animé de mauvais instincts, fabulateur, qui agresse ses parents innocents ou le désire sexuellement.  La vérité , c’est que tout enfant a tendance à se sentir lui même coupable de la cruauté de ses parents. Les aimant toujours, il les décharge ainsi de leur responsabilité. 

9.Depuis quelques années seulement, l’application de nouvelles méthodes thérapeutiques a permis de prouver que les expériences traumatiques de l’enfance, refoulées, sont inscrite dans l’orgasnisme, et qu’elles se répercutent inconsciemment sur la vie entière de l’individu. De plus, les ordinateurs qui ont enregistré les réactions de l’enfant dans le ventre de sa mère ont révélé que le bébé sent et apprend, dès le tout début de sa vie, la tendresse aussi bien que la cruauté. 

10. Dans cette nouvelle optique, tout comportement absurde révèle sa logique jusqu’alors cachée, dès l’instant où les expériences traumatiques de l’enfance ne restent plus dans l’ombre. 

11. Dès que nous serons sensibilisés aux traumatismes de l’enfance et à leurs effets, un terme sera mis à la perpétuation de la violence de génération en génération. 

12. Les enfants dont l’intégrité n’a pas été atteinte, qui ont touvé auprès de leurs parents, la protection, le respect et la sincérité dont ils avaient besoin, seront des adolescents et des adultes intelligents, sensibles, compréhensifs et ouverts. Ils aimeront la vie et n’éprouveront pas le besoin de porter tort aux autres ni à eux mêmes, encore moins de se suicider. Ils utiliseront leur force uniquement pour se défendre. ils seront tout naturemment portés à respecter et à protéger les plus faibles, et par conséquent leurs propres enfants, parce qu’ils auront eux-mêmes fait l’expérience de ce respect et de cette protection, et que c’est ce souvenir là et non celui de la cruauté, qui sera inscrit en eux.”

Alice Miller (1923-2010), docteur en philosophie, sociologie et psychologie. Spécialiste de l’enfance. 

Alice Miller

#Humeur : Les racines de la violence – extrait du livre d’Alice Miller – Annexe

#Poésie – Enfant des étoiles

#Poésie – Enfant des étoiles

Etre une enfant des étoiles n’est pas toujours facile à vivre sur terre… jusqu’au jour où l’on comprend pourquoi l’on est ici incarnée… une poésie d’EstElle Penain

#Poésie – So(u)rcière et gardienne de la Terre

#Poésie – So(u)rcière et gardienne de la Terre

Etre une gardienne de la Terre signifie vouloir protéger le vivant comme une mère protège son enfant. Il y a eu l’archétype de la sorcière qui connaissait les lois de la nature et qui a été détestée pour sa connaissance. Aujourd’hui, elle est devenue sourcière à mon sens. Une femme qui retrouve sa Source intérieure pour mieux garder son eau terrestre… une poésie d’EstElle Penain avec des photos de Naïade Plante.

#Poésie – L’arbre de Vie

#Poésie – L’arbre de Vie

L’arbre est un être vivant à part entière avec lequel j’ai une profonde connexion. Je le ressens, je l’aime et je l’honore par cette poésie.

Pin It on Pinterest

Share This