La poésie illumine vos soirées…

Extrait d’un discours écrit pour l’anniversaire d’une directrice d’agence.

Je vais vous raconter une histoire

Celle qui vous donne de l’espoir

L’histoire de Flora Auvray

Une femme pleine de volonté…

 Fille unique, enfance heureuse

Passionnée et vigoureuse

Du dessin au cheval

Une enfance pleine de régal…

 Aventurière et curieuse

Elle devient voyageuse

Naturellement heureuse

Elle est même chanceuse…

 Elle rencontre des indiens

Vit dans la nature, crée des liens

Sauvage et rebelle, elle est mature

Elle affronte les rythmes de la nature…

 Après avoir bravé le monde

Avec son sac à dos, elle sonde

Des autres cultures, elle apprend

Un rêve réalisé, elle rentre, il est temps…

 La femme maternelle fait place à la femme sauvage

Elle s’installe dans la vie, mari et enfants, elle devient sage

Un garçon et une fille, le choix du Roi

Elle crée la vie, des lieux et des toits…

 Elle réinvente les espaces et les lieux

S’imprègne et arrange le tout en mieux

Elle est nourricière et respectueuse

Ecologie et innovation de manière vertueuse…

 Mais Flora n’est pas femme à s’endormir

Donner sa créativité aux autres le temps d’un soupir

Et la voilà en gestation d’un nouveau rêve à venir

Etre capitaine de son propre bateau voilà son avenir…

 La femme guerrière prend son destin en main

Force Femmes sur son chemin c’est pas le train train

Créatrice de son agence, Flora réalise ses choix

Pleine de foi et de force, elle a trouvé sa propre voie…

Femme entrepreneuse, femme de réseau, femme papillon

Elle dévoile ses multiples facettes, nous entraine dans son tourbillon

Elle est femme avec ses multiples atouts et charmes

Heureuse de partager, évoluer, tomber les masques sans les larmes…

 Parce que Flora elle est comma ça…

Heureuse de vous accueillir sans fard …

Son plaisir à elle est humain

Elle vous prend par la main…

 Flora elle est comme ça…

Une créatrice dynamique est bien là…

Parmi nous, elle distille sa passion

Avec nous, elle transmet sa vision…

Slam pour une soirée événementielle de Femmes

Il était une fois une femme

Qui avait trouvé son âme

Tellement heureuse et sans requête

Elle décida de faire une fête

Elle cria si fort sa demande au ciel

Qu’il déploya son bel arc en ciel

Pour éclairer sa vie d’une lueur

Le réveil spirituel, voilà le bonheur 

Laisser parler sa véritable nature 

Pour Dieu, nous sommes sa créature.

Comme Isis, déesse de la fécondité

Elle donne vie sans arrêt

Découvrant son pouvoir féminin sacré

La création s’incarne en elle en totalité

Elle l’habite, l’inspire, l’expire et la guide

Sa mission dévouée sur Terre, tel un druide

Est d’honorer cette qualité avec vivacité

Car là où elle l’honore le plus avec vérité

Elle devient la plus belle déesse de la terre

Son cœur devient son temple sacré, son sanctuaire

Qu’elle peaufine comme un diamant étincelant

Se reliant aux autres femmes et déesses d’antan

Elle comprend ce que veut dire le féminin

Une pensée qui vient du corps entier sans frein

Parfois elle est une femme mère avec sa force  sauvage

Ou femme éveillée ou soumise ou révoltée ou sage…

 

Accoucher d’elle même peu à peu

Par sa flamme intérieure tel un feu

Que plus rien ne pourra éteindre

Sa vie, elle peut enfin l’étreindre

Au contact des gardiens de la sagesse

Elle danse la vie comme une déesse

 

Elle remarque peu à peu avec intérêt

La femme en émergence trouvant sa créativité

Prenant sa place dans le monde, elle est née

Mariant l’actif au réceptif, la sagesse est révélée

Prête à inonder la vie d’un baume inopiné

Pansant les plaies et créant la nouveauté.

Mes sœurs, accouchons les unes des autres

Soyons solidaires dans nos solitudes de l’être

Femmes de pouvoir, battantes, gagnantes

Restons groupées sans oublier d’être ferventes

Sans s’assécher le cœur par un mental trop fort

Et des montagnes d’envie de perfection et d’effort

Pour cesser d’être divisées, d’avoir cru au savoir

Prendre l’épée au détriment de notre cœur est sans espoir.

Même si la société joue le jeu de la soumission

Pour mieux continuer le plan de l’exploitation

Les rapports de force et la conquête

N’ont jamais été notre profonde quête.

 

Accouchons de nous mêmes peu à peu

Par notre flamme intérieure tel un feu

Que plus rien ne pourra éteindre

Notre vie, nous pouvons enfin l’étreindre

Au contact des gardiens de la sagesse

Nous dansons la vie comme des déesses

 

Tous droits réservés © EstELLE Penain

EstElle Penain

LE REVEIL DE LA DEESSE

Extrait d’un discours écrit pour une soirée de fin d’année. 

Chaque nuit, je m’éclipse vers un autre monde

Je ferme les yeux, je vois la Terre toute ronde

De l’espace, je regarde ces espaces habités

La vue me coupe le souffle devant tant de beauté

La perfection existe et me remplit d’une grâce

Dans mon rêve, je sens la gratitude qui m’enlace

Je perçois alors l’essence de mon malheur

Oublier trop souvent de dire merci pour ce bonheur

Rien n’est plus merveilleux que d’être vivant

Déguster un repas, rire ; marcher, respirer pleinement

Voilà le chemin d’un bel épanouissement

Au milieu des étoiles, j’oublie le temps qui passe

Trop souvent gaspillé en courant vers une impasse

L’essentiel s’impose à moi comme une évidence

Le bien le plus précieux est de faire partie de la danse

Etre ici et maintenant, oublier le passé, survoler le futur

Remercier le présent, l’attraper par son encolure

L’enfourcher comme un cheval et galoper avec lui

Ne faire plus qu’un et ne vivre que l’aujourd’hui…

 

Voyageant comme la lumière dans cet espace étoilé

J’entends soudain une voix grave à peine voilée

« Belle âme en transit près de ta Source

Prends ces quelques clés dans ta trousse

Pour qu’à ton réveil, sans souvenir ni contrôle

Que ta quête s’oriente toujours vers l’amour

Par ce sentiment, tu ouvriras ton cœur pour toujours

Seule la sagesse t’aidera à traverser ta noirceur

Recherche ta vérité non pas comme un labeur

Mais comme un calice pour y puiser ta lumière

Car elle est en toi, à toi de la cajoler comme une mère

Et tu verras les cadeaux de l’Esprit abonder en toi… »

 

Je me réveille à cet instant

Transportée par un amour puissant

Une émotion qui me bouleverse

Traverse mon corps comme une averse

Je vibre des pieds à la tête

Ici c’est la fête

Puis plus rien

Moment incertain

Comme une plume

Je ne porte plus de costume

Me voilà nue comme un verre

Posée là, remplie de lumière

Deux larmes de joie

Mon cœur aux abois

Rien n’est plus important

Que de se sentir VIVANT.

EstElle Penain

LA GRATITUDE

Bientôt chez vous…

Un chemin vers la paix, l’amour et un nouvel humanisme plus en accord avec l’écologie du corps esprit.

Suivez EstElle…

Pin It on Pinterest

Share This