#Humeur : Androgyne

 

Naitre fille désirée garçon a tout son sens. Je suis née androgyne, un esprit d’homme dans un corps de femme.

 

Après une longue résistance à mon histoire, j’ai enfin compris que tout avait un sens. Une utilité. L’expérience est le sens d’une vie. Tout est expérience. Tout est amour déguisé sous des illusions émotionnelles qui nous éloignent de notre réalité profonde. Nous sommes déjà amour. Sous couverts de nos peurs, nous masquons le diamant qui rayonne en nous. Personne ne nous apprend à aimer réellement. Tout nous apprend à nous méfier. Nous devons faire le chemin pour apprendre à aimer si personne ne nous a guidé, montré, donné, transmis. Très jeune, j’ai senti que je devais chercher ce Saint Graal, cet amour que je sentais vibrer au fond de moi mais qui ne trouvait pas sa place. Il a fallu remonter dans le temps. De la naissance, j’ai vu que le fait d’être désirée garçon m’avait amenée à adopter un comportement assez masculin dès mon adolescence. Je croyais que tout le monde vivait ainsi. Bien que je trouvais mes amies féminines toujours différentes de moi et que je me sentais mieux au contact des hommes avec qui la relation me semblait plus simple et équilibrée. Franche. Pas sournoise. Ce qui me mettait dans une situation inconfortable. Je me disais que j’avais un problème. J’étais une jeune fille.  Devais je adopter les codes de la féminité tels qu’on me les présentait dans la société ? La confiance en moi flirtait avec le degré 1 ou 2 sur l’échelle de 10. Donc forcément c’était toujours de ma faute si je n’étais pas heureuse, si je ne trouvais pas ma place dans les codes de la femme, si je sentais de la jalousie de la part de mes congénères féminines, sentiment qui m’était étranger et que je ne comprenais pas vraiment. Mais il était si présent autour de moi que je pensais être différente. Je me sentais donc exclue. J’ai donc travaillé sur moi pour essayer de devenir comme les autres femmes. Cela a été bénéfique pour tout un tas de raisons comme la nécessité de vivre en accord avec mon cycle féminin, car quoi qu’il en soit, je suis bien incarnée dans un corps de femme. je dois donc respecter mon corps et mon temps propre à mon genre. Néanmoins, en moi, je me considère mi femme, mi homme. J’ai toujours senti que je pouvais naviguer autant dans une sphère masculine que féminine. Chez les hommes, on me disait souvent qu’on avait l’impression de côtoyer un bon “pote”. Et quand la séduction entrait en jeu, je me sentais sur un pied d’égalité. Avec les femmes, je me sentais bien avec elles si elles avaient une conscience avancée dans le processus de réalisation de soi, qui leur permettait de sortir de la manipulation et la séduction (comportement fortement utilisé par la gente féminine autour de moi à une époque). Il m’a fallu traverser ma part masculine et féminine pour enfin comprendre que j’avais tout de l’androgyne. L’esprit d’un homme dans un corps de femme. Et alors m’est apparu comme évident d’avoir traversé la vie de cette façon avec toutes les épreuves que j’ai connues afin de voir toute ma résistance à m’accepter telle que je suis. Il est donc l’heure d’écrire sur ce registre et d’accepter pleinement cet être mi homme mi femme que je suis au delà du genre sexuel. Une âme incarnée au service de quelque chose de bien plus grand que ce à quoi le genre me limite. Affaire à suivre mes étoiles de la toile… Une source d’inspiration créative en devenir…Et vous aurez compris que je me sens dans la philosophie de Platon qui parlait d’un troisième genre. Pourquoi pas ? Quoi qu’il en soit, se réconcilier avec ses polarités masculines et féminines me semblent être un chemin vers la paix intérieure puisqu’il y a en tout du masculin et du féminin.

 

Découvrir l’histoire de cette réconciliation au féminin masculin dans mon dernier ouvrage “Naitre Fille Devenir Femme”

#Poésie – Enfant des étoiles

#Poésie – Enfant des étoiles

Etre une enfant des étoiles n’est pas toujours facile à vivre sur terre… jusqu’au jour où l’on comprend pourquoi l’on est ici incarnée… une poésie d’EstElle Penain

#Poésie – So(u)rcière et gardienne de la Terre

#Poésie – So(u)rcière et gardienne de la Terre

Etre une gardienne de la Terre signifie vouloir protéger le vivant comme une mère protège son enfant. Il y a eu l’archétype de la sorcière qui connaissait les lois de la nature et qui a été détestée pour sa connaissance. Aujourd’hui, elle est devenue sourcière à mon sens. Une femme qui retrouve sa Source intérieure pour mieux garder son eau terrestre… une poésie d’EstElle Penain avec des photos de Naïade Plante.

#Poésie – L’arbre de Vie

#Poésie – L’arbre de Vie

L’arbre est un être vivant à part entière avec lequel j’ai une profonde connexion. Je le ressens, je l’aime et je l’honore par cette poésie.

Pin It on Pinterest

Share This